L’homme a-t-il toujours mangé de la viande ?

Mis à jour : févr. 11

Approche biblique sur la question du végétarisme



I) La Genèse: de l’Adam végétarien au Noé omnivore

Genèse 1: 29-31

Dieu s’adresse à Adam et lui assigne un régime alimentaire végétarien:





Genèse 9: 3-4

Après le déluge: Dieu permet désormais à l’homme de manger de la viande dans le cadre de l’alliance avec Noé, représentant de l’humanité tout entière.

Pourquoi ce changement ?





II) Exode/ Nombres: les Hébreux réclament de la viande

1) Exode 16

A peine libérés d’Egypte, les Israélites réclament du pain et de la viande.

Les bné Israel s’adressent ici à leurs leaders Moshe et Aharon.

Pour répondre à leur requête, Dieu envoie de la manne, sorte de petit beignet au miel à la consistance floconneuse. À cette occasion, Dieu fait aussi pleuvoir des cailles.



2) Nombres 11:

Nouvelles réclamations des Hébreux: la manne, plat végétarien, ne leur suffit pas. L’homme serait-il doté d’un appétit insatiable de viande?









III) Retour prophétique au végétarisme: le végétarisme comme idéal universel

Isaïe 11

Et si les animaux eux-mêmes devenaient végétariens ? Utopie, peut-être, ou plutôt prophétie: l’ère messianique est bien celle de tous les idéaux, celle qui verra naître la paix entre les peuples et la fin des appétits de chair animale. En somme ce n’est rien de moins que l’abolition de l’instinct de violence qu’envisage ici Isaïe.




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’autre est-il un autre moi ? [Fiche]

Réflexions sur les rapports entre Juifs et non-Juifs dans la tradition talmudique Traduit par Myriam Ackermann Sommer. Texte 1 : Yevamot 61a Les tombes des idôlatres ne communiquent pas l’impureté à u

L'art de mourir

Mis à jour : 25 déc. 2018 La mort et le deuil - Myriam Ackermann Sommer Notre expérience veut que la mort soit toujours transitive, c’est-à-dire qu’il n’est jamais question que de la mort de l’autre.