NOTRE HISTOIRE

Au commencement...

Ayeka a commencé comme un  groupe d’étude juif se réunissant  chaque semaine dans le centre de  Paris dans la bibliothèque du Centre  Fleg, une institution juive historique  pour les jeunes près de la Sorbonne  et le quartier juif du Marais. Son  objectif était d’offrir aux étudiants et  aux jeunes professionnels la  possibilité de se plonger dans des  textes aussi bien traditionnels que  modernes, allant de la Torah et du  Talmud à des penseurs du Xxe siècle  comme Levinas, Leibovitz ou Soloveitchik.  Créé par un couple d’étudiants rabbiniques, Myriam (étudiant à Maharat) &​ ​Emile Ackermann (qui est devenu étudiant à YCT), le groupe a rapidement​ ​grandi et est devenu un lieu convivial où les jeunes juifs de milieux très​ ​différents (certains étaient des étudiants de yeshiva depuis des années, certains​ ​qui ne savaient pas lire l’hébreu et ne connaissaient pas leur tradition, mais​ ​étaient curieux) pouvaient renouer avec leur héritage et rencontrer d’autres​ ​étudiants et jeunes professionnels. Par conséquent, Ayeka est devenu un​ ​endroit où les gens de milieux multiples pouvaient se rencontrer et se connecter, créant des amitiés tout en connectant à leur patrimoine juif. La spécificité d’Ayeka était sa tentative d’aborder les questions d’actualité à travers le prisme des textes juifs : nous avons abordé des sujets complexes tels que le végétarisme, le féminisme, l’homosexualité, la durabilité et l’implication juive dans la politique.  

 

Un besoin de communauté


Les personnes qui venaient au cours hebdomadaire ont demandé plus de Torah, Ayeka a donc organisé des conférences à l’invitation de Moishe House Paris, Hillel, Journée Mondiale de l'Etude Juive, Limud et d’autres associations étudiantes européennes comme ARIEL, UEJF, SNEJ et EUJS ainsi que des shabbatot. Ayeka a créé du contenu  sur Internet sous forme d’articles, de  divrei Torah hebdomadaire, de vidéos, de zmirot et de chansons (parl’intermédiaire de notre chaîne Youtube),  et la présence sur les médias sociaux (10K "like" sur la page Facebook Ayekaparis;  nous sommes également présents sur  Twitter et Instagram).

 

Histoire  


En septembre 2017, Emile & Myriam sont venus proposer à l’administrateur du Centre Fleg, centre juif consistorial, et lui a présenté l’idée originale d’un groupe d’étude juive qui serait dirigé par des jeunes. Cette suggestion était basée sur le ressenti de plusieurs étudiants qui avaient suggéré  cette initiative : incapables de trouver un enseignement mixte, à haut niveau, Ayeka est venu combler ce manque. Quelque chose créé par les jeunes pour les jeunes était plus en mesure de répondre aux besoins des jeunes, même si tout le monde était bien sûr bienvenu. Le projet a été qualifié d’innovateur et Emile & Myriam ont commencé à enseigner.  
En un an, Ayeka organisa plus de 35 rencontres de deux heures et demie par semaine, d’études et de débats sur des textes traditionnels juifs, a organisé plusieurs offices de shabbat dans une synagogue juive du Marais et s’est associé à plus de cinq organisations juives. L’année suivante, tous ces chiffres ont doublé, avec des partenariats avec l’UEJF, ARIEL, HILLEL, EUJS, PILPOUL, LIMMUD, et plus encore.  Au cours de l’été, Ayeka organisé avec le Consistoire et le Centre Fleg un Beit Midrash d'été, avec de nombreux professeurs éminents comme le Grand Rabbin Alexis Blum, le Rabbin Jacques Ackermann mais aussi de jeunes professeurs de Strasbourg, Bruxelles et Paris.

Ensuite, Emile & Myriam sont partis étudier à Yeshivat Chovei Torah et Yeshivat Maharat, tout en allant et venant à Paris pour s’assurer que leur communauté continue à vivre, en partenariat avec le Centre Fleg, le Beit Haverim (organisation juive LGBT), Pilpoul (groupe d’étude des jeunes) et Hillel Campus.  

En 2020, suite à la crise du COVID, les étudiants rabbins sont venus pour réaliser un programme de 6 mois, BASE PARIS & AYEK'HOUSE (voir "nos projets") pour préparer le projet durable de création de communauté : projet qui est maintenant en cours de préparation pour fin 2021...


Contexte  

L’état du judaïsme français  


Pour comprendre Ayeka, il faut comprendre l’état du judaïsme français. Après la création par Napoléon, en 1808, du consistoire qui devait réunir tous les juifs de France, une partie du corps rabbinique s’engagea de plus en plus dans les études académiques et juives, et fit partie de l’élite intellectuelle. Les rabbins orthodoxes et réformateurs étudiaient dans la même école rabbinique et jouissaient de conditions de vie matérielles confortables. Après la guerre, les communautés se sont de plus en plus retranchées et la séparation entre réformistes et orthodoxes a été consommée. Depuis lors, les juifs orthodoxes vivent dans des communautés soudées, parfois jusqu’à l’isolement, et le rabbinat français est connu pour avoir des vues plus strictes sur la kashrut, les conversions, les relations intra et inter-communautaires que beaucoup d'autres communautées ou rabbinats européens ou américains comme l’OU (par exemple, les cours mixtes sont assez rares, et notre groupe d’étude parisien a été considéré comme une exception). Pendant ce temps, la communauté réformée est en pleine croissance, et aujourd’hui la jeunesse se retrouve avec une alternative polarisée en ce qui concerne son affiliation : soit libérale, soit se rapprocher du monde chareidi. Cependant, beaucoup d’entre eux ne s’identifient pas à l’un ou l’autre de ces mondes, ne voulant pas renoncer à l’observance rituelle ou à la vie moderne et à ce qu’elle a à offrir. Ces jeunes, pensons-nous, cherchent ce qu’ils peuvent difficilement nommer, car il ne s’est pas vraiment développé en France : une orthodoxie moderne rigoureuse et ouverte sur le monde et les questions de société.